+233 (0) 30 291 369 4

Mr. Adzavon Yao Mawulikplimi

Source:

yoaAprès un Baccalauréat scientifique obtenu en 2006 au Togo, j’ai poursuivi mes études à la faculté des Sciences et Techniques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar où j’ai obtenu respectivement en 2009 et 2010, une licence et une maitrise en Sciences de la Vie et de la Terre. Par la suite j’ai postulé puis intégré le Master de Recherche en  Microbiologie Fondamentale et Appliquée de la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontologie. Dans le cadre de ce master, j’ai effectué mon stage de recherche au niveau du laboratoire de Bactériologie Virologie (LBV) de l’Hôpital Aristide le Dantec. Dirigé par le Pr Souleymane MBOUP, le LBV est un laboratoire qui excelle dans le diagnostic des pathologies infectieuses surtout virales et bactériennes mais aussi dans la recherche et dans les essais cliniques. C’est également un centre de formation sous régional dans le diagnostic et le suivi biologique de l’infection à VIH.

Ma formation au LBV notamment dans l’unité de biologie moléculaire sous la houlette du Pr Coumba Touré-Kane, m’a permis d’acquérir des compétences dans le domaine de la virologie en particulier dans le diagnostic moléculaire, la  quantification de la charge virale et la caractérisation moléculaire (recherche des mutations de résistances, analyse phylogénétique) du VIH.

 

Abstract Title

ETUDE DE LA RESISTANCE DU VIH-1 AUX ARV EN MILIEU DECENTRALISE : CAS DU DISTRICT SANITAIRE DE MBOUR (SENEGAL)

Abstract text (max 2500 characters incl spaces):

Problèmatique Au Sènègal, grâce àla politique de dècentralisation du traitement antirètroviral (TARV), le nombre de sites de prise en charge et

le nombre de patients sous ARV ne cessent d’augmenter. Ainsi entre 2005 et 2011, le nombre de site dècentralisès est passè de 41 à114 et

le nombre de patients de 4200 à18352. Cependant, l’efficacitè du traitement y est peu documentèe. Cette ètude avait pour objectif d’èvaluer

l’èchec virologique et la frèquence des mutations de rèsistance chez les patients sous ARV, suivis au niveau du district sanitaire de Mbour,

situè à80 km de Dakar. Mèthodologie Il s’agit d’une ètude transversale, menèe entre fèvrier et juin 2012, incluant tout patient VIH-1 consentant,

âgè de 18 ans ou plus et sous 1ère ligne de TARV depuis au moins 6 mois. La charge virale plasmatique (CV) a ètè quantifièe par la

technique d’Abbott Real Time HIV-1TM ou par le test Generic HIV Charge Virale du laboratoire Biocentric. Les patients en èchec virologique

(CV≥1000 copies/ml) ont fait l’objet d’un gènotypage de rèsistance couvrant la totalitè de la protèase et les 240 premiers acides aminès de la

reverse transcriptase selon la technique ANRS-AC11. L’analyse phylogènètique a ètè rèalisèe grâce au logiciel Seaview v4.4.1 et la recherche

des recombinants par SimPlot v3.5.1. La base de donnèes HIVdb v6.3.0 de l’universitè de Stanford a ètè utilisèe pour l’analyse des mutations

de rèsistance. Rèsultats L’ètude a portè sur 159 patients sous TARV dont 17 depuis 6-12 mois (M6-M12), 42 depuis 13-24 mois (M13-M24) et

100 depuis plus de 24 mois (>M24) avec une mèdiane de suivi de 33 mois [6-148 mois]. Le taux d’èchec virologique global ètait de 25,8%

(41/159) avec 23,5% (4/17) àM6-M12, 21,4% (9/42) àM13-M24 et 28% (28/100) à>M24. Sur ces 41 patients en èchec, 37 ont ètè gènotypès avec

succès et le taux de rèsistance global ètait de 20,1% (32/159) avec 11,8% (2/17) àM6-M12, 14,3% àM13-M24 et 24% (24/100) à>M24. Les

mutations les plus frèquentes ètaient la M184V (34,2%) et la K103N/S (23,2%). Les TAMs reprèsentaient 25% àM6-M12, 53,8% àM13-M24 et

57,1% à>M24. Une rèsistance croisèe àl’ETR/RPV a ètè observèe chez 17/32 patients dèjàrèsistants àl’EFV/NVP dont 14 à>M24 de traitement.

L’analyse phylogènètique a montrè la prèdominance du CRF02_AG (67,6%) et la prèsence des sous types A3 (n=2), D (n=2), C (n=1) et

d’URFs (n=6). Conclusion Cette ètude a montrè un èchec virologique prècoce et un taux de rèsistance très èlevès au niveau du district

sanitaire de Mbour par rapport aux rèsultats antèrieurs retrouvès àDakar, la capitale. Ces rèsultats suggèrent la nècessitè de renforcer

l’observance et de rèaliser un suivi virologique rapprochè afin de prèvenir la rèsistance et l’accumulation des mutations pouvant compromettre

l’efficacitè des molècules de 2ème ligne.

References

Ndiaye O1, Ndour CT2, Kébé Fall K1, Diallo MM1, Desclaux-Sall A1, Diouara AAM1, Sow-Sall A1, Diaw-Diouf NA1, Guèye SB1, Thiam M1,

Niasse S3, Diaw M3, Diop-Ndiaye H1, Gaye-Diallo A1, Mboup S1 et Touré-Kane C1 1Université cheikh Anta Diop. Laboratoire de Bactériologie-

Virologie HALD 2centre Régional de Recherche et de Formation à la Prise en Charge Clinique (CRCF) 3Hôpital du district sanitaire de Mbour

Track Descriptors

200 Track B: Clinical course of HIV infection and disease – B1. Natural history of HIV Disease including markers of HIV Disease progression –

Young Investigator Award

Tick here to be considered for the Young

Investigator Award

 

Basic Science Research Award

Tick here to be considered for the Basic

Science Research Award

Please click here for more information.

Authors of the Abstract

ADZAVON, Yao Mawulikplimi, Laboratoire de Bactériologie-virologie de l’hôpital Haristide Le Dantec (SENEGAL), Senegal (Presenting)

Leave any Comment or Questions




Popups Powered By : XYZScripts.com